Vous êtes ici : MA COMMUNE Histoire-patrimoine Les templiers à Nozay

Les templiers à Nozay

Les Templiers ou Chevaliers du Temple ont laissé sur notre terre de nombreuses traces :

  • croix templière à l'intérieur de l'église
  • nom de lieux : rue du Temple, puits du Temple
  • plan cadastral de la commune
  • sans oublier les légendes.

L'ordre religieux des templiers fut fondé en 1119 pour assister et protéger les pèlerins partis pour la Croisade sur la route de Jérusalem. Ces moines-soldats, à l'austère discipline, participèrent aux nombreux combats contre les Turcs. Très rapidement ils acquirent de nombreuses richesses qui leur permirent de devenir les financiers des princes et du pape lui-même. Pendant deux siècles leur puissance domina le monde chrétien. Ils surent, en même temps, organiser une police efficace en ces temps si troublés, de véritables banques, construire des ponts, des routes, des fortifications, explo des fermes et protéger les faibles. Leur emprise sur le royaume deFrance ne cessa de croître pendant tout le XlIl' siècle. Les monarques se plièrent à leur volonté et bénéficièrent de leur esprit d'entreprise.

Pierre des TempliersCependant, le roi de France, Philippe IV le Bel (1268-1314), inquiet de leur influence, soucieux de sa propre autorité et désireux sans doute de s'emparer de leurs immenses richesses, résolut de les détruire. En 1307, il fit arrêter le grand maître de l'ordre, avec tous les chevaliers qui se trouvaient dans le royaume. Après un procès inique où les droits de la justice furent bafoués, ils subirent tous la torture avec un beau courage. Le roi les fit périr sur le bûcher (1310). Enfin, en 1312, le pape Clément V, à l'instigation de Philippe le Bel, supprima l'ordre des Templiers.

Comme dans de nombreuses villes de France, les Templiers, dès  le XIIe siècle, s'étaient installés à Nozay, défrichant la forêt, bâtissant l'église, ouvrant des chemins, mettant en culture les terres fertiles de la plaine et construisant des fermes. Le Mesnil Forget, Villarceaux, Lunezy, Mongarnis, Moquesouris, Montrasse furent très probablement, à leur origine, des fermes templières qui ont dominé la commune. Nous leur devons la première organisation du village et sa mise en valeur.

Il reste un mystère de cette lointaine époque. Il s'agit de la pierre plantée au bord de la mare dite “de la Croix”. Cette pierre de 1,60 m de haut dans sa partie extérieure était certainement à son origine surmontée d'une croix de fer, arrachée, remplacée puis à nouveau détruite au début du siècle. Le lieu-dit s'appellerait donc la Croix-Brisée et non Boisée, en raison d'une déformation orthographique. La pierre porte une inscription latine qui reste à déchiffrer.



Après la dissolution des Templiers, leurs biens furent confisqués par le roi et donnés en fiefs soit aux monastères de la région qui en reçurent la plus grande partie :

  • Monastère de Long pont-sur-Orge ;
  • Prieurés Saint-Pierre et Saint-Laurent de Montlhéry ;
  • Monastères Saint-Wandrille et Célestins de Marcoussis ;
  • Monastère des Chartreux à Saulx ; soit aux nobles de la région dont voici les principales familles :
    • Pierre de Dormans, vers 1370 ;
    • Guillaume Brochard, conseiller du roi Charles V ;
    • Jean de Montagu, sous le règne de Charles VI ;
    • Jean Brochard, conseiller au Parlement de Paris, en 1490 ;
    • L'amiral Louis de Graville, qui mourut en son château de Marcoussis en 1510 ;
    • René d'iliers, en 1540;
    • La famille d'Entragues, seigneurs de Marcoussis, dont un membre fut lieutenant-général des armées du roi sous le règne de Louis XIV ;
    • Le duc de Mouchy, comte de Noailles, époux de la duchesse d'Arpajon. Arrêtés pendant la Révolution, ils furent tous deux guillotinés le 17 juin 1794.

Cette situation dura jusqu'à la Révolution de 1789. Les paysans versaient la dime au clergé et au seigneur. Son produit, égal au dixième des récoltes, était entreposé dans un vaste bâtiment qui se trouvait à côté de l'église. Ils devaient, en outre, la corvée, les droits de péage, les banalités, le cens et la gabelle.

Puit communal construit sur l'ancien puit des TempliersDes redevances étaient payées pour cuire le pain au four banal et moudre le blé au moulin seigneurial.